Costa Rica #1, premiers pas en Amérique Latine

avion-costa-rica

Des forêts verdoyantes à perte de vue, des volcans fumants puis des champs brulés par le soleil et enfin l’océan pacifique qui se dessine à l’horizon. L’avion se pose sur le petit aéroport de Liberia à l’ouest du Costa Rica. Pour la première fois de ma vie, je pose le pied en Amérique latine.

Les dernières traces d’espagnol qui restent au fond de ma cervelle de voyageur datent d’une bonne dizaine d’années. Ici, c’est un voyage en terre inconnue mais depuis mon début de tour du monde, j’ai pris goût à l’imprévu et à la magie de l’instant. J’ai appris à jouer avec l’incertitude du moment et à faire confiance à l’inconnu qui me tend la main. Nicole, une amie américaine m’a simplement donné le nom du village où elle habite sur la côte pacifique : Playas del coco.

costa-rica-passportJe passe la douane costaricaine sans encombre. Mon passeport tamponné en poche, je récupère mon sac à dos et me dirige vers la sortie du petit aérogare. Les portes automatiques s’ouvrent et la chaleur me saute au visage accompagnée de son lot de chauffeurs de taxi.

Je les repousse gentiment avec mon espagnol balbutiant, Gracias,Gracias, Voy a coger el autobus.

Au milieu de la campagne costaricaine, j’essaye de trouver un bus pour Playas del coco. Me voyant un peu perdu, deux jeunes m’expliquent gentiment qu’il faut rejoindre la ville de Liberia puis prendre un autre bus vers Playas del coco. L’arrêt de bus qui n’est qu’un simple poteau rouillé à coté duquel je jette mon sac à dos ne comporte ni fiche horaire, ni plan. Je comprends déjà que je viens de quitter la société occidentale pour une nouvelle culture. En attendant le bus, quelques costaricains me rejoignent. Je ne sais pas trop comment me situer. J’hésite à sortir mon téléphone portable pour prendre quelques photos. Ils me paraissent tout à fait gentils mais la prudence est de mise. Ici, je ne suis qu’un gringo.

bus-costa-ricaUn bus fumant noir arrive au loin et s’arrête devant nous. Le ticket coûte 480 collones soit 0,5$ US. Je n’en crois pas mes yeux, c’est vraiment pas cher pour un trajet de 25km. J’ai quelques dollars américains en poche. Cela devrait faire l’affaire pour mes premières dépenses.

Le conducteur démarre tel un pilote de course et ne semble pas connaître le code de la route. Nous roulons les portes ouvertes tellement il fait chaud. C’est parti pour 30 minutes de trajet sur les routes défoncées du Costa Rica.

Le paysage défile par la fenêtre. Baraques de bois, petits commerces, maisons colorées, sodas (bars) perdus au milieu d’une nature verdoyante font peu à peu de mon rêve une réalité. Comme une bobine de film actionnée par mon envie de découvrir le monde, toutes ces images d’Amérique latine que j’avais en tête prennent vie devant mes yeux. Mes oreilles y ajoutent les sons de la langue espagnole, du bus, des klaxons et des écoliers qui montent dans le bus au fil des kilomètres.

route-costaricaMa tête de gringo les intrigue. Avec ma peau blanche comme la neige du Canada et mes yeux bleus, je ne passe pas inaperçu.

Arrivé dans la ville de Liberia, le bus se vide peu à peu au travers de petites ruelles et de maisons basses et colorées. Je n’ai aucune idée de l’endroit où je dois descendre. Le conducteur ne parle pas un mot d’anglais et je ne comprends rien à son charabia. Heureusement, un jeune parlant un peu anglais me traduit basiquement les dires du conducteur. Il va me déposer non loin du centre-ville pour changer de bus.

Les portes s’ouvrent et le conducteur me marmonne quelques mots accompagnés d’un geste de la main me pressant de sortir du bus. A peine descendu, il démarre en trombe dans un nuage de fumée noire.

bus-playas-del-cocoJe rentre dans une petite boutique et encore une fois, un jeune me montre gentiment le chemin vers un grand hangar qui doit être le terminal de bus.

Je me présente au guichet : Quiero de ir a playas del coco ?

playas-del-cocoLa guichetière m’encaisse 595 collones soit 1$ US et me montre la file d’attente. Prendre le bus est vraiment bon marché au Costa Rica. En attendant celui-ci, je m’offre un jus de fruit car je suis complètement déshydraté. La chaleur avoisine les 40°c en pleine après-midi.

Playas del coco, Playas del coco. C’est reparti pour une heure de trajet dans un four. Nous roulons à nouveau les portes ouvertes. Le long du trajet, le paysage est de plus en plus vallonné. Il n’y a presque plus d’habitations sur les bords de la route hormis de petites baraques de bois qui transpirent la pauvreté et de petits vendeurs de fruits somnolents sur leurs chariots.

Au détour d’une colline, nous arrivons enfin au village de Playas del coco que je découvre à mesure que le bus avance. Il y a plein de petites boutiques au mille couleurs le long d’une grande avenue se terminant par l’océan pacifique. Un vrai petit paradis sous les cocotiers. Le bus me jette avec mon sac à dos non loin d’un petit bar nommé le Coconutz où Nicole m’attend.

A bientôt pour la suite de l’aventure…

Informations pratiques:

Comment se rendre à Playas del coco depuis Liberia?

Adresse: Le terminal de bus de la compagnie Pulmitan de Liberia se trouve au centre de la ville à l’angle de l’avenue 5 et de la Calle 10.

Le trajet dure 1h pour 67km.

Prix: Le ticket coûte 595 collones ou 1$ US. Vous pouvez payer avec les deux devises au guichet.

Horaires: Le service fonctionne de 5h jusqu’à 11h avec un bus par heure. Puis un bus toutes les 2 heures et demi jusqu’à 18h30. Les horaires de retour depuis Playas del coco jusqu’a Liberia sont les mêmes.

Site Internet de la compagnie pulmitan de liberia.

A propos de l'auteur

Cyril howimettheworldJe suis Cyril, l'auteur du blog : howimettheworld.com. J'y partage mes aventures autour du monde à travers mes chansons, articles et vidéos. Tu trouveras aussi tous mes conseils pour voyager moins cher, plus proches des autres et de la planète.Voir tous les articles de Cyril howimettheworld →

Laisser une réponse

CommentLuv badge

Abonne-toi vite à ma Newsletter

Subscribe!